samedi 29 octobre 2016

Photo de la semaine

Depuis quelques temps, nous observons les premières mues de poussins royaux. Ceux-ci perdent progressivement leur duvet de poussin pour acquérir leurs plumes d'adulte, qui leur permettront de se jeter (enfin) à l'eau. En attendant, ils arborent les deux tenues, ce qui les rend un peu bigarrés...

Petit poussin deviendra grand... (Photo : Gaëlle TOULLEC)

Presque comme un adulte ! (Photo : Gaëlle TOULLEC)
  ... mais pas plus que leurs ainés, venus eux-aussi muer sur la plage, comme on le voit sur la photo ci-dessous !

Cet individu au pas décidé a presque fini sa mue annuelle (Photo : Régis GLIERE)



Un pétrel blanc en BdM

Le pétrel géant (Macronectes Giganteus) est un oiseau de mer de grande envergure - jusqu'à 2 m - que nous observons en permanence sur l'île. A proximité des colonies de manchots, nous assistons régulièrement à des prédations sur des individus affaiblis ou des poussins.
 
Prédation sur un poussin royal - Photo Mission 53

Si nous sommes habitués au pétrel au plumage foncé, nous avons eu l'occasion d'apercevoir ces derniers temps à plusieurs reprises un superbe individu blanc tacheté.
 
Le pétrel "dalmatien" - Photo : Mélanie JACQUART
Ces observations avait déjà eu lieu dès les premières campagnes, puisqu'un rapport sur l'avifaune réalisé lors de la toute première mission notait alors : 

"On peut être surpris de la présence, parmi les Macronectes giganteus, d'oiseaux de la phase blanche."

Au milieu de la colonie
Cette différence de plumage est rare, en tous cas sur nos côtes. Des rumeurs rapportent que les individus blancs, jugés plus beaux ou parce que moins souvent observés, auraient été sacrifiés plus souvent à l'époque où des spécimens étaient ramenés aux muséums ; les individus restants nicheraient désormais plutôt sur l'île de l'Est.

Pétrel clair vs pétrel foncé : quel est le plus beau ?


Quoiqu'il en soit, nous avons eu le plaisir de photographier cet oiseau à plusieurs reprises. Et lors d'une récente manip' à BUS, l'un deux s'est même approché très près des scientifiques, semblant presque vouloir jouer avec eux !

Une autre comparaison (ci-dessus, un pétrel de HALL, reconnaissable à la tâche sur son bec)




vendredi 14 octobre 2016

Première assistance médicale

Mardi dernier, nous recevions la visite d'un palangrier, qui venait déposer un marin ayant besoin d'une consultation médicale. Les lecteurs assidus de ce blog savent que les bases des îles australes offrent la possibilité aux pêcheurs de la zone de recevoir une assistance médicale lorsque l'état de santé d'un marin le nécessite. Nous apportons ainsi régulièrement de l'aide à ces hommes, qui exercent leur métier dans des conditions très dures.

Le bateau assisté vu depuis la BdM. Ce petit mâle avait trouvé une couche juste à sa taille ! - Photos : Régis GLIERE

Par chance, les conditions de réception du zodiac étaient quasi idéales : vent de terre, qui écrête les vagues, temps superbe, absence de rouleau sur la plage... Du coup, l'annexe a pu "beacher" très facilement.

Arrivée du zodiac sur la plage

Pendant que leur collègue était examiné par le médecin, les marins ont pu profiter d'une visite personnalisée de la Baie du Marin avec l'agent de la Réserve Naturelle, avant de partager des moments avec les hivernants, au CroniBar et pendant le repas du midi.  Après ce dernier, ils ont fait le plein d'emplettes à la COOP, ouverte pour l'occasion.

Ils sont finalement repartis un peu après 15h, le temps pour le médecin d'affiner son diagnostic. 

Photo de groupe pour immortaliser cette journée  

Au total, une journée appréciée par tous. Ces débarquements offrent aux marins l'occasion de marcher sur la terre ferme et de rompre pendant quelques heures avec leur difficile quotidien ; et les hivernants trouvent là l'occasion d'échanger avec de nouvelles têtes. Et surtout, les malades repartent généralement requinqués et rassurés par un diagnostic sûr les concernant !

Départ sous un ciel redevenu plus conforme au quotidien des Australes



mardi 11 octobre 2016

Un peu d'histoire...

Mascarin, Gauss, Branloires, Monts Jules Verne... D'où proviennent donc les différents toponymes de l'île de la Possession ? Parfois - souvent ? - des premiers explorateurs, comme le montre cet article historique concernant le mont du Mischief, deuxième plus haut sommet de l'île (921m contre 934m pour le Pic du Mascarin).

Le Mont du Mischief sous la neige (photo mission 50)
Ecrit par Xavier LANGLET, philatéliste passionné par notre archipel, et publié dans la revue Terra Nova* en 2012, nous avons le plaisir de vous en faire partager quelques extraits et photos.

* revue du CEPP, Cercle d’Études Postales Polaire ((http://philatelie.polaire.free.fr)

***

CAMPAGNE 1959-1960
L'expédition du “Mischief” à Crozet
(Capitaine : M. Major Harold William Tilman)

Au début de 1960, le cutter britannique de 29 tonnes S.Y. “Mischief” effectue un voyage d'étude dans la région australe de Crozet. Parti le 30 juillet 1959 à la voile de Lymington (Angleterre), le navire effectue un arrêt de quelques jours à Las Palmas, puis atteint Le Cap le 2 novembre 1959 où il reste un mois.[...]

Le 2 décembre 1959, le navire quitte Le Cap vers le sud - sud-est en direction de l'archipel des Crozet. Après 18 jours de navigation, le “Mischief” et son équipage passent entre l'île Marion et l'île du Prince-Edouard récemment annexées par l'Afrique du Sud.

Le  SY Mischief en Baie du Marin
La première des îles de l'archipel Crozet, l'île des Pingouins, est aperçue le 27 décembre 1959. L'équipage prend alors la direction de l'île de la Possession, atteinte le lendemain malgré la tempête menaçante. A son arrivée, le navire mouille à l'abri dans la Baie du Marin. Le jour suivant, le 29 décembre, les explorateurs débarquent sur la plage de la Crique du Navire. L'expédition reste 10 jours sur le site de l'île de la Possession afin de mener au mieux les différentes missions qui lui avaient été confiées.

[...] Le 10 janvier 1960, l'expédition quitte l'île de la Possession et Crozet en direction des Kerguelen. L'archipel est atteint le 16 janvier et l'île principale visitée jusqu'à la fin du mois de janvier. Le 31 janvier, M. H.W. Tilman et son équipage rendent une visite de courtoisie aux habitants de la base de Port-aux-Français.
 
Arrivée du S.Y. “Mischief” à Port-aux-Français le 31 janvier 1960.
On distingue en arrière plan la Chapelle Notre Dame du Vent en construction

 Le S.Y. “Mischief” quitte Kerguelen le 2 février 1960 pour rejoindre Le Cap.

Le S.Y. “Mischief” dans la Baie du Morbihan, lors de son départ de Kerguelen le 2 février 1960
  ***
On peut logiquement supposer que le mont du Mischief a été désigné ainsi en souvenir de cette expédition. Dans des rapports datant des premières missions, les sommets de l'île ne semblent pas encore tous nommés - on parle de Pics I, II, et III. Peut-être que l'un a par la suite pris ce nom.

M. Jan Garnier à l'île de la Possession postant un courrier dans la boîte aux lettres spécialement réalisée pour
le passage du S.Y. “Mischief” à Crozet. Cette dernière, fabriquée à partir d'une boîte de biscuits sur laquelle la
marque “P.O.” a été peinte, est posée sur une ancienne marmite de phoquiers. (
Photo originale)
 Quoiqu'il en soit, on notera également qu' A. FAURE parle du passage de ce voilier dans le rapport de sa première mission (1961-1962), à propos des Albatros :

"23 autres ont été trouvés porteurs d'une bague américaine (ces derniers avaient vraisemblablement été bagués en 1959 lors du passage de M. Tilman qui, dans son ouvrage « Mischief among the Penguins » (London-1961) dit qu'un de ses coéquipiers a procédé à des baguages. "

Au fait, Mischief signifie dans la langue de Shakespeare "malice". Nulle malice mais plutôt de la majesté dans ces paysages grandioses. Jugez-en plutôt !

(Photo mission 48)

Vue depuis le transit (photo mission 50)


lundi 3 octobre 2016

Premières naissances (1/2)

Il y a deux ou trois semaines, nous apercevions le premier "bonbon" de la saison (petit d'éléphant de mer).
Un bonbon à peine né - Photos : Stanislas WIART

Le pauvre petit manquait de se faire écraser par un gros pacha, plus occupé par son harem que par sa progéniture. Heureusement, il fut revu peu après sain et sauf.

Un pacha occupé par la défense de son harem, ici en Baie US


 Quelques jours plus tard, nous comptions déjà quatre naissances. Mais c'est pas loin de trente ou quarante bonbons que nous découvrions lors d'un récent transit, d'abord à la petite Manchotière...

Une belle colonie installée à la petite Manchotière
... puis sur la plage de la Baie Américaine (dite BUS, comme Baie US).       
La plage du BUS. La cabane au fond et à droite, on distingue la colonie


La colonie et la cabane vues de plus près - Photos : Régis GLIERE

La saison des naissances bat son plein ! Ci-dessous, quelques photos de petits, toujours aussi adorables.
 




Leurs premiers instants ne sont toutefois pas de tout repos, ainsi qu'on le verra dans le prochain article !