lundi 24 avril 2017

Photo du jour : le retour de la neige

L'image du jour, c'est cette neige encore timide qui est tombée cette nuit, comme annoncé.

Photos : Régis GLIERE

Cela faisait longtemps à présent que nous ne l'avions plus vue sur base, même si les premiers poa gelés avaient été aperçus un peu plus haut lors du transit de samedi.


Ce temps tranche avec la semaine magnifique qui vient de s'écouler. Mais certains attendaient avec impatience la neige, qui renouvelle les paysages et promet de nouvelles perspectives.




dimanche 23 avril 2017

Hommage à Pierre FRIGOLA

Hier, une délégation d'hivernants se rendait au mémorial dédié à la mémoire de Pierre FRIGOLA, ornithologue tragiquement décédé en 1984, tandis qu'il effectuait une manip sur la colonie d'albatros fuligineux du Cap de Gauss.

Chaque 22 avril, les hivernants se recueillent en son souvenir.

Mémorial de P. FRIGOLA au Cap de Gauss

L'hommage écrit par sa mission, repris d'année en année, a été lu avant la minute de silence.

"Aujourd’hui, nous sommes réunis ici pour commémorer l’anniversaire du décès accidentel de notre camarade Pierre FRIGOLA, survenu il y a 33 ans, le 22 avril 1984. Ce fut un coup très dur porté à la 21ème mission.

Pierre FRIGOLA était un ornithologue passionné par son travail, par sa mission, par Crozet. Tragiquement disparu à l’âge de 26 ans, son souvenir reste gravé dans notre mémoire.

Après avoir acquis une formation de spécialiste du comportement animal et tenu un poste de maître auxiliaire en sciences naturelles, il s’était porté volontaire à l’aide technique pour servir dans les Terres australes et antarctiques françaises.

Engagé par l’équipe d’éco-éthologie des oiseaux et mammifères des TAAF, il arrive à Crozet en août 1983 pour poursuivre le travail de dynamique de population des colonies d’étude et entreprendre des recherches sur la biologie des manchots papou.

Le hasard, la malchance et les conditions du terrain voulurent qu’en s’aventurant hors des colonies d’étude des Albatros Fulgineux du Cap de Gauss, il glissa et chuta du haut de la falaise, sous les yeux de ses deux camarades, impuissants à lui porter secours.

Ensemble, recueillons-nous quelques instants pour se souvenir de ce camarade qui nous touche de très près, mort à Crozet au service de la France et de la Science, et en souvenir de qui la chapelle de la base Alfred FAURE fut érigée par sa mission.

Recueillons-nous en souvenir de sa mémoire.

Pierre FRIGOLA, nous nous souvenons de toi."

mercredi 19 avril 2017

Photo du jour : une coïncidence étonnante

Entre deux articles sur le Nivôse, nous vous faisons partager une photo du jour pour le moins amusante. Celle-ci a été prise par Nicolas HANUISE, un ancien hivernant.

Vous vous souvenez peut-être de cet article racontant l'expédition d'HW TILLMAN à Crozet en 1959-1960, quelques années avant l'implantation de la base, avec son yawl nommé "Mischief". 


 Eh bien, voici sur quoi tombait il y a quelques mois par hasard l'auteur de la photo, dans le port du Cascais, près de Lisbonne :

On a retrouvé le Mischief dans le port du Cascais ! - Photo : Nicolas HANUISE

Original, ou réplique du navire qui a donné son nom au deuxième sommet de l'île ? Malheureusement, les espoirs étaient infondés : le major TILLMAN perdit son navire en mer quelques années après son passage à Crozet, comme nous l'a indiqué X. Langlet, fin connaisseur de l'histoire de Crozet.

Mais le plus drôle, et c'est la véritable photo du jour, est que juste à côté du Mischief était amarré un autre bateau au nom évocateur. Regardez-bien ...


... Bingo : le navire de gauche s'appelle le Hébé. Exactement comme ... la magnifique vallée de la Hébé de Crozet !

La vallée de la Hébé scintillante, avec les méandres de la rivière qui se jette dans la baie du même nom ci-dessous

Pour bien situer ces deux lieux, voici la carte ci-dessous. Vous conviendrez que la coïncidence est plus que troublante ! Nicolas a tenté de rencontrer les équipages pour en avoir le cœur net, mais il ne les a malheureusement pas trouvés. Nous n'aurons donc jamais la réponse.


Pour la précision historique, le guide des toponymes nous informe que la baie de la Hébé doit son nom au naufrage supposé d'un navire français en 1831 à Crozet, l'Hébé. C'est le capitaine de vaisseau Cécile, commandant de l'Héroïne, qui donna ce nom lors de son passage en 1837. Nicolas HANUISE m'a d'ailleurs fait parvenir hier un extrait d'un vieux journal écossais qui mentionne cet évènement malheureux.


Les annales de Saint-Pierre et Miquelon mentionnent quant à elles un naufrage d'un autre navire nommé Hébé sur les côtes de ces îles, plus tardif, le 24 décembre 1872 (article ici). Est-ce que le Hébé aperçu au Cascais avait un lien avec celui-ci, ou avec notre Hébé crozetienne ?