mardi 12 novembre 2019

Commémoration du 11 novembre

Le 11 novembre à 11h, le cent-unième anniversaire de l'armistice de la première guerre mondiale a été commémoré à Crozet. 

 

A cette occasion, le drapeau a été hissé au mât des couleurs de la base Alfred Faure autour duquel s'étaient rassemblés tous les hivernants -militaires des trois armées et personnel civil- et le discours de la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées a été lu.
Après une minute de silence en hommage à tous les Morts pour la France, l'hymne national a retenti malgré le vent tout crozétien qui soufflait en cette matinée.  

 
 
 

vendredi 1 novembre 2019

La reproduction des manchots royaux – Première étape : la mue


Chaque année, à partir du mois de septembre, le cycle de reproduction des manchots royaux, l’une des espèces les plus représentées sur l’île de la Possession, débute par une première étape : la mue des adultes mâles et femelles. 
Suivront ensuite d’autres phases que l’on peut découper en 6 moments : le retour en plage suivi des parades et du cantonnement des couples (2), la ponte de l’œuf et sa couvaison en alternance par le mâle et la femelle (3), la naissance et l'élevage du petit poussin (4), son émancipation (5) et enfin la vie en crèche jusqu’au départ en mer (6). 
Nous aurons l’occasion de revenir tout au long des prochains mois sur les étapes 2 à 6 mais intéressons-nous aujourd’hui à celle qui a lieu ou se termine en ce moment pour des milliers d’individus dans les différentes manchotières de l’île, la mue.

Les mois de la fin de l’hiver austral voient chaque année revenir sur les plages de Crozet des manchots bien nourris afin de préparer les semaines de jeûne nécessaires au remplacement de leur plumage et de leurs deux plaques mandibulaires. Cette étape, très coûteuse en énergie, peut leur faire perdre jusqu’à la moitié de leur poids au cours des trois semaines nécessaires en moyenne à la mue. Du fait de la chaleur dégagée pendant cette période, les manchots restent souvent les pieds dans l’eau afin de réguler leur température. 




Ce processus a pour objectif de renforcer l’étanchéité de leur plumage mais aussi de les rendre plus attractifs en vue des parades, le moment de recherche de leur partenaire pour la reproduction. Deux éléments semblent en effet influer sur la séduction entre manchots : l’intensité de la couleur orange et la taille des tâches sur leur tête (celles-ci pouvant varier de 10 à 24 cm2 indépendamment de la taille de l’oiseau) et sur leur bec. D’après des études, plus elles sont grandes et de couleur intense, plus cela favoriserait les chances pour un manchot de trouver un conjoint en vue de la reproduction. En attendant leurs nouveaux atours, il leur faut néanmoins passer par cette phase moins gracieuse !


Quelques étapes de la mue visibles en cette période en Baie du Marin: 
    


 Merci aux manchologues Sandra Avril (Programme 119) et Adrien Gannier 
(Programme 137) pour leur aide dans la rédaction de cet article.
(Photos de Sandra Avril et Aurélie Dupont)