vendredi 19 juin 2020

Première journée mondiale de l'Albatros

L’Accord sur la conservation des albatros et des pétrels (ACAP) a initié une première journée mondiale de l'Albatros ce 19 juin 2020 afin de sensibiliser à la crise de conservation à laquelle cet oiseau marin est actuellement confronté. Cette date correspond à la date de signature de l'Accord sur la conservation des Albatros et des Pétrels il y a vingt ans, en 2004.

Photo des hivernants de Crozet prise en septembre 2019 en prévision de cette journée

Sept espèces d'albatros se trouvent dans l'Archipel Crozet dont trois sont étudiées sur l'île de la Possession: les grands albatros, les albatros fuligineux à dos clairs et les albatros fuligineux à dos sombres. 
Elles sont toutes inscrites par l'ACAP dans la liste des espèces à protéger, étant potentiellement exposés à des menaces et sont considérées comme des espèces sentinelles des changements climatiques.

Les espèces se reproduisant sur l'île de la Possession y sont suivies annuellement. Beaucoup d'espèces d'oiseaux marins sont particulièrement fidèles à leur site de nidification d'une année sur l'autre. Après un stade juvénile de plusieurs années passés en mer, les adultes viennent sur les principales îles subantarctiques pour se reproduire (Volet A du plan de gestion de la RNN - 2011-2015). Cette caractéristique permet ainsi l'étude à long terme de ces populations (survie adulte, succès reproducteur) facilitée par la présence permanente d'ornithologues sur l'île depuis 1966 (Volet A du plan de gestion de la RNN - 2018-2027). 

En 2016, on dénombrait 330 couples de grands albatros sur l'île. 

Grand albatros nourrissant son poussin à Pointe Basse en début de mois

Albatros fuligineux à dos clair

Albatros fuligineux à dos clair

Photos de Florent Lacoste, Tatiana Fuentes Rodriguez et Rémi Joly

2 commentaires:

Unknown a dit…

Depuis l'étude sur les albatros et pétrels. Y a-t-il eu une synthèse concernant l'évolution des especes, ou une régression de celles-ci.
Bernard de l'Aveyron.

DISCRO a dit…

Les études faites sur le terrain sont résumées dans des articles scientifiques. Les tendances ne sont pas les mêmes selon les espèces. Les albatros et les pétrels sont des espèces qui restent néanmoins globalement menacées. A titre d'exemple, les effectifs du pétrel géant antarctique ont plutôt tendance a diminué tandis que ceux du pétrel géant subantarctique fluctuent d'une année sur l'autre mais restent globalement stables.