samedi 4 janvier 2014

La baie du "La Pérouse"

Pour se rendre de la base Alfred Faure à la baie du "La Pérouse", il faut environ 5h de marche en fonction des conditions météorologiques.


Après avoir contourné le Mont Branca, traversé le morne et caillouteux plateau des pétrels, et franchi la crête du Styx, le randonneur peut apercevoir un lac suspendu appelé le "lac perdu".
Le lac perdu, suspendu au loin - Photo Serge FUSTER
Les skuas, maîtres de lieux, viennent s'attaquer aux chaussures du Discro - Photo Serge FUSTER
En quittant le lac perdu, et avant d'entamer la descente par la rivière vers la vallée qui s'ouvre sur la baie du La Pérouse, il est possible de faire un crochet par le cap du Galliéni et ses falaises impressionnantes de plus de 400 m de hauteur.
Les falaises à l'est, vues du cap du  Gallièni - Photo Serge FUSTER
A l'ouest du cap du Galliéni, la vue permet d’admirer la baie du "La Pérouse".
La baie du "La Pérouse" et la plage, du haut du cap du Galliéni - Photo Serge FUSTER
Pour atteindre la baie et sa plage, il faut ensuite rejoindre la rivière qui se faufile vers la vallée.



La descente, la plage de la baie du "La Pérouse", et sa colonie d'otaries - photos Serge FUSTER
La plage abrite une colonie d'otaries, particulièrement hargneuses en cette saison. Les mâles veillent sur leur harem et les femelles protègent leurs petits. Il faut donc être très prudent et respecter les distances de sécurité pour éviter de se faire charger et mordre. 

Les gorfous "macaroni"
Les hauteurs de la plage abritent également une colonie de gorfous "macaroni".

De l'autre côté de la vallée, le panorama change encore. On peut observer le point culminant (571m) du cap du "Gallièni", et juste en dessous le fameux "téton de l'Amazone", énorme rocher à la forme caractéristique.

Le "téton de l'Amazone"
Sur la crête ouest de la vallée se dresse la Tour Blanche, immense formation d'orgues basaltiques, évoquant les vestiges d'une civilisation mystérieuse disparue.



La tour blanche - photos Serge FUSTER

Du pied de la Tour Blanche, le panorama sur la vallée est époustouflant. Le pic du Mascarin, dégagé de ses nuages pour une fois, domine ce paysage minéral sauvage.

Le pic du Mascarin (934m) - photo Serge FUSTER
Le fond de la vallée permet d'accéder au col du Mischief, caché dans la brume, et qui permet de rejoindre la Grande Coulée en passant par les crêtes et les cratères.

La rivière au fond de la vallée, qui permet de remonter jusqu'au mont Mischief (921m) - photo Serge FUSTER

1 commentaire:

Eric Tiertant a dit…

Impressionnant cette Tour Blanche ! Cela ressemble à un décor du "Seigneur des Anneaux".
Bonne année à tous !