vendredi 17 juin 2016

Réponse: Nombre de séjours, panneau, routes migratoires et vétérinaire

Stéphan Mangin, Gérard, Pascal (Lyon) et Olivier Barrier nous posent plusieurs questions brèves.

Olivier, nous ne connaissons pas le nombre d’hivernages maximum réalisé dans les TAAF, mais lors de la mission 53 nous avons eu parmi nous un contractuel infra qui en était à son 14e séjour dans les australes.

Les personnels infra lors du coulage de la dalle de la nouvelle déchetterie - Photo: Raphaël SHEFFIELD

Stéphan, hélas les panneaux de la baie du Marin ont été retirés de la plage aux alentours de la mission 49/50, lors des travaux d’aménagement qui avaient pour but de rendre de l’espace aux manchots royaux. Je crains fort que ton panneau n'ait disparu. Ceux qui ont été remontés ont été stockés et nous n’arrivons pas à remettre la main dessus. Il se peut qu’ils aient été rapatriés lors d’une mission patrimoine.

Peut-être que les lecteurs du blog qui ont hiverné ces années-là pourront nous apporter quelques précisions à ce sujet !

Exemple de panneau fabriqué par les hivernants - Photo: Raphaël SHEFFIELD

Gérard nous demande si nous avons observé des changements significatifs ces dernières années, sur les routes migratoires qui pourraient transiter par Crozet.

Crozet n’est pas vraiment sur une route migratoire dans le sens où les oiseaux et mammifères n’ont pas un cycle de déplacement saisonnier comme on peut le voir entre l’Europe et l’Afrique par exemple. Ils parcourent de longues distances mais vivent et se reproduisent principalement sur le même archipel.

Les grands albatros dont l'environnement couvre de grandes distances - Photo: Raphaël SHEFFIELD

Toutefois, leur zone de nourrissage se situe principalement autour de la convergence antarctique au sud de l’archipel de Crozet. Les études sur le manchot royal révèlent qu’au fur et à mesure que sa nourriture se déplace vers le sud, il est contraint d’effectuer de bien plus longues distance pour se sustenter, en conséquence de quoi le succès reproducteur s’en trouve affecté.

Les manchots royaux se nourrissent au niveau de la convergence antarctique - Photo: Raphaël SHEFFIELD

La climatologie reste une science complexe et il est difficile de dire jusqu’où iront les changements qui font l’objet d’études, tant d’un point de vue biologique (avec le suivi à long terme des mammifères et oiseaux marins), que par météo France qui récolte de nombreuses données dans l’ensemble des territoires administrés par les TAAF.

L’observation de la faune exige de rester en retrait, y compris lorsque l’on constate que des animaux sont blessés. En conséquence, nous n’avons pas de vétérinaire soigneur et n'intervenons pas dans le cycle de la nature.

Prédation d'un manchot royal par des pétrels géants subantarctiques - Photo: Gaspard B.

Des vétérinaires sont toutefois présents lorsque certains programmes exigent la manipulation d'êtres vivants, comme pour la pose de capteurs ou autres instruments scientifiques. Ce n’est pas une présence permanente, mais l’ensemble des scientifiques amenés à travailler avec la faune est formé pour ces activités et bénéficie d’habilitations particulières en fonction de leurs travaux.

Continuez à nous envoyer vos questions en commentant les articles, nous y répondrons au fur et à mesure.

5 commentaires:

Barrier Olivier a dit…

Merci pour vos réponses, c'est très sympa !!
Nouvelles questions : avez vous l'opportunité de juste faire une randonnée type loisir , pour aller voir la Roche Blanche par exemple, avec repos dans les cabanes ? J'espère que vous ne vous en privez pas ... A ce propos, cette Roche Blanche, avez-vous des explications sur sa présence ( sans rentrer trop dans des explications géologiques ...)car apriori c'est la seule formation géologique de ce type dans le coin !
Enfin, j'ai lu des récits sur des naufrages au cours des siècles...y a t'il eu des fouilles sur les épaves ou les refuges des naufragés ?

Bon courage à vous, à bientôt.

Camille VIOT a dit…

C'était mon panneau ;-)

Camille VIOT, Hivernant 2010, Magn-Sismo 47e

originaire de Briollay dans le Maine et Loire....

Quel dommage que les panneaux ont été enlevés....

Raphaël Sheffield a dit…

Bonjour Camille,

Ton panneau fait partie de la collection qui a été stockée sur base et que nous avons encore ici. N'hésite pas a m'envoyer un courriel à discro "at" cro-taaf.fr pour me dire ce que tu souhaites que l'on en fasse.

On peut le restaurer et le remonter sur un des poteaux sur base par exemple.

Cordialement,
Raphaël

Francois ZABLOT a dit…

Effectivement, les panneaux, qui étaient fixés sur des structures métalliques datant des années 60 et servant jadis à l'amarrage des portières (si j'ai bien compris) ont été retirés sur instruction du préfet au cours de la mission 50. Les supports ont été mis au rebut et les panneaux encore lisibles récupérés et stockés sur base, pour un "recyclage" sur de nouveaux poteaux, mais plus sur la plage
J'ai quelques photos de cette opération.
François Zablot, discro 50 ème mission

Camille VIOT a dit…

Bonjour Raphaël,

Oui effectivement je veux bien que le panneau soit restauré et remis sur un poteau sur base, ça serait excellent :D ! Pourrez-vous prendre une petite photo à la fin de la manip avec l'ile de l'est derrière :D ? voici mon courriel viotcam(at)gmail.com

milles merci.

Camille VIOT