samedi 22 février 2020

Jardin Japonais et son incroyable biodiversité



C’est un petit coin magnifique au Nord-Ouest de l’île de la Possession, encadré par le Cap vertical à l’Est et surplombé par le champ des albatros et la grande coulée à l’Ouest, qui est accessible depuis la cabane de Pointe Basse en 30 minutes de marche environ. Ses paysages atypiques, faits de petits lacs entourés d’une végétation verdoyante à l’extrémité nord du site, en bordure de mer, lui ont probablement donné son nom.


Le champ des Albatros à gauche, Jardin Japonais et Cap vertical à droite


La manchotière de Jardin Japonais
D’une superficie d’environ 45 hectares, ce petit territoire est un habitat très prisé des différentes espèces de l’île qui semblent toutes s’y être données rendez-vous, notamment pour la période de reproduction.
Il accueille ainsi la plus grande colonie de manchots royaux de l’’île, composée d’environ 50’000 couples. D’autres manchots s’y sont également établis, les papous, les gorfous macaronis et les gorfous sauteurs. 

Colonie de gorfous macaronis
Gorfou macaroni en plein saut


Gorfou sauteur



On y croise aussi de nombreuses autres espèces d’oiseaux marins telles que les cormorans, albatros fuligineux, pétrels géants et skuas ainsi que des éléphants de mer et des otaries à fourrure de Kerguelen et d’Amsterdam.

Cormorans de Crozet
Albatros fuligineux
Otarie à fourrure d'Amsterdam



En ce mois de février, la plupart de ces espèces sont en train d'élever leurs petits, nés dans les précédentes semaines.

Poussins de gorfous macaronis
Albatros fuligineux et son poussin
"Pup's" d'otarie dans une marre de Jardin Japonais

Comptage de poussins gorfous
Plusieurs de ces espèces sont suivies dans le cadre de protocoles scientifiques. C’est le cas des otaries qui font l’objet de comptage pour le programme 109 ou des gorfous macaronis dont le succès reproducteur est étudié (dénombrement des couveurs sur œuf puis du nombre de poussins à différents stades de leur croissance).
La densité de la présence du rat noir, introduit par l’homme et qui prolifère sur ce site, est également analysée par un programme de la Réserve Naturelle en vue de sa potentielle éradication future. 

Photos de J. Tucoulet, T. Fuentes Rodriguez, C. Vansteernberghe, M. Prioul et A. Dupont.

3 commentaires:

Unknown a dit…

Bernard de l'Aveyron. Fidèle lecteur de votre site qui me permet de glaner de nombreuses informations e t de visualiser de magnifiques photos. Félicitations à vous tous.

Unknown a dit…

Magnifique. Que ces animaux sont beaux et nobles. Et les paysages à couper le souffle. .... Merci pour ces photos et ces explications bien utiles.

DISCRO a dit…

Merci à vous de nous lire!